On la craint. On la déteste. On la fantasme. Et si l’intelligence artificielle avait vraiment un impact sur nos vies, quel serait-il ?

Tout cela bouge très vite. Nous avons à peine le temps de nous apercevoir que le monde change, qu’il change déjà et encore. Nous adoptons ces changements à une vitesse encore jamais vue par le passé: on croit d’abord à de la science-fiction, puis les technologies arrivent; d’abord en moins bien, mais on les utilise. Elles ne nous surprennent plus, et elles s’améliorent.

Et leur amélioration ne nous surprend plus non plus. Ce phénomène psychologique et social est très rapide et inconscient (collectif). Bref, cela change nos vies. Et l’adoption de l’ IA n’échappera pas à cette règle devenue la norme.

Pourquoi courrons-nous tous tout droit vers l’usage massif de l’intelligence artificielle ?

Eh bien, en tout premier lieu parce que des chercheurs en IA travaillent déjà inlassablement sur des projets de long terme qui dessineront demain notre futur. Fait nouveau, ils disposent aujourd’hui de véritables moyens financiers conséquents. Certains d’entre eux, comme Jeff Dean – qui dirige en Californie le centre de recherche de Google en IA appelé Google Brain Team – annonce avoir pour objectif clair

« d’augmenter l’intelligence des machines et des personnes pour qu’elles fassent plus et surtout mieux ».

En d’autres termes, plus simples, il veut éliminer toutes les tâches répétitives et ennuyeuses. Et puisque je ne connais personne aimant ce genre de tâches, il y a fort à parier qu’au fur et à mesure que ces produits sortiront sur le marché, ils seront adoptés par la masse et rapidement parfois même sans warnings.

Ensuite, parce que nous laisserons petit à petit les machines apprendre à notre place comme si cela était naturel. Le calcul mental est de nos jours beaucoup moins efficient dans les pays développés depuis que la calculatrice existe, non ? Il en sera de même dans de nombreux autres domaines: nous nous laisserons porter. L’apprentissage n’est pas facile pour l’homme. Il est même, pourrait-on dire, laborieux parfois: il faut des exemples et surtout beaucoup de répétition.

Exemples et répétition sont très exactement les deux fondamentaux du machine Learning : la machine en « avale » jusqu’à ce qu’elle ait appris. Et elle ne se plaint pas, elle…

Enfin, sous la houlette des géants du web qui « offrent » leur technique en open source (exemple: Tensorflow.org), des porteurs de projets et développeurs du monde entier sont en train de créer de nouveaux usages en s’appuyant sur la recherche appliquée des grandes firmes pour gagner du temps. Et leurs outils et inventions vont déferler grâce aux GAFA rapidement dans nos vies.

Autre article intéressant : L’homme, ce magnifique programme

Quels sont les applications IA qui commencent à changer nos vies ?

Il y a de nombreux exemples d’usages de l’IA décrits sur InPrincipio. On en compte de nouveaux tous les jours mais parlons de quelques-uns un peu représentatifs.

L’amélioration de la productivité

Ainsi, un fermier japonais cultivant le concombre a utilisé les techniques open source de Google. En effet, les producteurs sont obligés de classifier les concombres en différentes catégories pour les vendre (petits, gros, longs, courbes, etc..). Il a donc entraîné une machine en reconnaissance visuelle à reconnaître les fameux concombres et à les classifier rien qu’en les filmant (puis à les pousser dans telle ou telle boîte en fonction de leur variété), ce qui lui a fait gagner un temps fou.

En réalité, le développement d’idées liées à la reconnaissance d’images n’a désormais plus comme limite que celle de l’imagination, quasiment. En effet, la vitesse des processeurs est devenue telle qu’elle permet de traiter un nombre d’informations colossal et ce, en temps réel.

En conséquence, les techniques algorithmiques se trouvent aussi optimisées:

En 2011, les concours internationaux de reconnaissances d’image par des machines (comme ImageNet) conduisaient en moyenne à des ratios de 26% d’erreurs (vs 5% pour l’humain). Elles sont à présent à 3%…

On pourrait donc dire qu’à présent les ordinateurs peuvent « voir », ce qui va être très utiles dans les prochaines années dans le développement de la robotique basée sur de l’IA.

L’intelligence artificielle dans le domaine de la santé.

Prenons un exemple: en 2017, plus de 400 millions de personnes sont diagnostiquées comme étant « à risque » en matière de rétinopathie diabétique. Il s’agit d’une complication possible chez les malades atteints du diabète. C’est une maladie pouvant rendre aveugle les individus et malheureusement, elle progresse rapidement. L’excès de sucre cause la rupture puis l’éclatement de petits vaisseaux rétiniens.

L’ophtalmologiste tente généralement d’observer ces petits vaisseaux pour évaluer si le risque est plus ou moins élevé. On estime que dans 60% des cas, ils parviendraient à le déceler. Cette analyse est empirique et extrêmement difficile à faire pour le professionnel de santé: les vaisseaux apparaissent-ils plus ou moins gris? de quelle taille sont à peu près les excroissances sur des échelles aussi petites ?

Dans pareille cas, le machine Learning peut s’avérer d’une très précieuse aide car l’ordinateur va pouvoir assimiler des dizaines de millions d’images médicales pour s’entraîner à reconnaître la pathologie avec un niveau de précision bien supérieur à celui de l’humain.

Et si nous devenions plus créatifs grâce à l’IA ?

Il y a eu récemment des travaux extrêmement intéressants des chercheurs Gatys, Ecker et Bethge qui ont programmé une sorte d’algorithme sur style artistique.

En d’autres termes, ils ont demandé à la machine de prendre deux images en entrée:

  • une première qui est une photographie d’un lieu existant et réel
  • une seconde qui est l’œuvre d’un grand peintre (sans que cette œuvre soit la représentation du lieu photographié)

En sortie, la machine est capable de transformer la photo de départ en une œuvre « dans le style de ».

Créer une peinture « dans le style de » avec une IA

Nous l’avons vu, que l’on parle de la santé, de la productivité, de la créativité, voire dans certains cas même de la solitude (consultez la page décrivant comment l’IA aidera les japonais à se sentir moins seuls), l’intelligence artificielle va s’immiscer doucement mais sûrement dans nos vies.

Les questions suivantes semblent appartenir au futur mais elles peuvent déjà être posées à l’ordinateur et avec succès:

  • quelle radio des yeux présente selon toi le plus de risque d’entrainer une cécité liée au diabète ?
  • peux-tu me décrire ce que présente cette vidéo et le faire en russe s’il te plaît?
  •  prépare moi s’il te plaît une tasse de café
  • trouve moi des documents en anglais qui décrivent comment fonctionne le machine Learning et résume-les moi en français stp…

Ces questions illustrent la puissance du phénomène que nous nous apprêtons à vivre avec l’intelligence artificielle qui va pénétrer l’ensemble de nos activités professionnelles et personnelles et que nous adopterons à coup sûr comme nous avons tour à tour adopté le feu, l’électricité, le téléphone portable, Google et Facebook. Serons-nous plus heureux pour autant ?

Notre Tweetmag

Share This

Partagez

Partagez cet article à vos amis