IA de demain

L’IA de demain

Aujourd’hui et dans les années à venir, les programmes intelligents vont se développer fortement. Le progrès est en marche (forcée, pourrait-on dire, sous l’égide des géants américains et chinois du digital) et c’est bien connu : l’on n’arrête pas le progrès.

Par conséquent, aussi étonnant que cela puisse paraître, la période de boom technologique de l’algorithmique intelligente actuelle n’en est en réalité qu’à ses balbutiements.

Les théoriciens de la singularité technologique se plaisent d’ailleurs à émettre l’hypothèse selon laquelle l’explosion de l’intelligence artificielle entraînera un emballement des avancées technologiques, l’effet boule de neige en somme.

L’excellent film de Wally Pfister Transendance en 2014 témoignait de ce phénomène d’une certaine façon : l’intelligence appelle l’intelligence, et vice versa. Et par voie de conséquence, les progrès technologiques afférents.

Pour autant, le réalisateur américain soulevait aussi une autre question relative au principe de singularité : le bouleversement de la société humaine qui s’ensuivrait serait imprévisible, le bien de l’humanité étant contraire au … bien de l’humanité !

C’est une hypothèse que l’on retrouve également à hollywood dans le film I-Robot où les 3 lois de la robotique (émises par le romancier Isaac Asimov dès 1942) y sont présentées comme un parfait garde-fou.

Aucun robot ne peut faire de mal à un humain ou le laisser exposé à un danger

Tout robot doit obéir aux ordres de l’humain sauf si l’ordre est contraire à la loi n°1

Le robot doit protéger son existence sauf si cette protection entraîne une contradiction avec les règles n°1 et n°2

Les Robots - Le Cycle des robots, tome 1

Pourtant, le film d’Alex Proyas démontre les limites de ce système « infaillible » : c’est pour protéger l’humanité contre elle-même (pollution, guerres…) que l’intelligence centrale Viki prend finalement le contrôle, instaure un couvre-feu et laisse des robots contraindre des humains au respect de ce couvre-feu…

L’auto amélioration de supra-intelligences semble vraiment du registre de la science-fiction à ce stade tout comme l’hypothèse qui en découlerait (celle de l’écrivain Vernor Vinge) d’une extinction programmée de l’humanité devenu inutile car inapte à suivre le mouvement.

Jacques Attali espère pour notre futur qu’à tout le moins les robots ne considéreront pas un jour l’humanité comme nous considérons un groupe de fourmis lorsque nous souhaitons bâtir sur un terrain qu’elles occupent: non pas que nous leur souhaitions du mal, mais juste que nous nous moquons de leur survie pour accomplir notre dessein.

Quelles que soient les conjectures, l’IA va avoir une influence considérable sur notre quotidien et va sans nul doute révolutionner la conduite du monde.

In Principio

In Principio s’est modestement auto-proclamée IA de demain pour une raison simple: nos laboratoires de recherche tentent de modéliser la pensée humaine. Nous nous intéressons donc aux réseaux de concepts et non pas seulement aux principes de questions-réponses et de linguistique: nous travaillons sur les sujets de compréhension qui, dans le cadre de dialogue homme-machine, doit nous permettre de modéliser et reproduire en temps réel les argumentations, objections, réponses aux objections, retour en arrière dans la conversation, références au contexte induites, etc…

On comprend dès lors que nous travaillons sur un dépassement de l’état de l’art actuel. Nos systèmes ne reposent d’ailleurs pas sur le très à la mode Deep Learning si souvent porté aux nues en ce moment mais que nous estimons avoir des limites lorsque le sujet dépasse celui de la perception pour se pencher sur le cas de la véritable intelligence et du raisonnement calqué sur les mécaniques du cerveau humain.

Sciences cognitives

Les sciences cognitives

On ne peut aborder la question du futur de l’IA sans parler des sciences cognitives qui sont au cœur même de l’intelligence, artificielle ou non.

Leur apparition est d’ailleurs connexe à celle de l’intelligence artificielle (1950’s).

Les sciences cognitives étudient le processus de la pensée et de l’intelligence. Elles rassemblent des disciplines comme la psychologie, la linguistique, les neurosciences, l’Intelligence Artificielle (IA) ou encore sans que cette liste soit exhaustive l’informatique.

Elles tentent de décrire, d’expliquer et de simuler (ce qui nous intéresse ici) la mécanique de la pensée. En bref, comment j’acquière (réception de l’information), je stocke (mémorisation), j’assimile (intellectualisation), je fais usage (raisonnement) et je transmets (langage) des connaissances.

Par extension, elles étudient également le registre des émotions et les mécanismes de la conscience.

IA forte

L’ Intelligence Artificielle (IA) forte ou ascendante va dominer les débats à propos de l’IA de demain.

C’est elle qui est au cœur des problématiques d’éthique. Son autonomie supposée et l’auto apprentissage dont elle serait capable lui permettrait en théorie d’évoluer en permanence, la rendant inaccessible à l’homme. Le doux rêve de l’auto écriture de ses propres lignes de codes est le fantasme principal se cachant derrière la peur de notre perte de contrôle. L’intelligence appelant l’intelligence soulève la question du mouvement perpétuel conduisant à la supra-intelligence et pour les adeptes de la Singularité Technologique à la disparition potentielle de l’espèce humaine.

Elle prend en compte toutes les facultés de la conscience : le raisonnement, la créativité, l’anticipation, l’adaptation, etc. La machine devrait à ce niveau même prendre conscience de son existence, comprendre son propre raisonnement, éprouver des émotions, des envies, interagir de manière intelligente.

IA forte
Ethique moral

Ethique et morale

La progression fulgurante de l’Intelligence Artificielle qui se profile à l’horizon, ainsi que son utilisation à diverses fins soulève à juste titre des problèmes d’ordre éthique et moral.

L’exemple le plus souvent cité est celui de la responsabilité de l’intelligence mécanique aux commandes d’un véhicule autonome : quel choix fera l’ordinateur lorsque confronté à un problème de circulation insoluble il devra préférer protéger ses passagers au détriment de piétons qui traversent, fussent-il particulièrement vulnérables (personnes âgés ou bébés). Et qui serait alors juridiquement responsable ? Le propriétaire du véhicule autonome ? L’un des fabricants de composants tels que capteurs ou système directionnel ? Le concepteur de l’intelligence artificielle ? la marque automobile ?

La manipulation des données personnelles sans le moindre avis des personnes concernées, l’usage des machines pour des besoins militaires ou professionnels sont quelques actions qui peuvent justifier, à raison, des craintes concernant notamment les débordements liés à la guerre (armement de fantassins, chars ou drones autonomes et conséquemment risque de perte de maîtrise du robot équipé) ou l’avenir de l’emploi.

De nombreux organismes et mouvements militent pour un usage contrôlé des programmes intelligents, afin d’éviter que le progrès technologique ne conduise l’humanité à la catastrophe.

Hollywood

Hollywood

Les productions cinématographiques d’Hollywood ont connu de grands succès grâce à des films de science fiction basés sur l’Intelligence Artificielle. Des héros collaborent avec des machines intelligentes pour pénétrer des secrets, résoudre des énigmes, dompter des territoires hostiles ou conquérir des planètes dans le cosmos. Ces films inspirent la recherche en IA en même temps qu’ils donnent des ailes à l’industrie cinématographique hollywoodienne.

Les autres thématiques :

COMPRENDRE L’IA

On parle de plus en plus d’ Intelligence Artificielle (IA), un ensemble de technologies très évoluées utilisées dans divers domaines et déployées dans de nombreux services, systèmes et applications.

L’IA AUJOURD’HUI

L’IA a atteint aujourd’hui un niveau d’évolution qui autorise son utilisation dans tous les domaines.

L’IA D’HIER

Les recherches et applications business sur l’IA sont intenses, ce qui accélère les innovations et l’évolution des algorithmes intelligents.

Autres thématiques